mercredi 7 décembre 2016

Les lois naturelles de l'enfant de Céline Alvarez vu par moi



J'ai enfin fini le livre de Céline Alvarez que je traînais depuis septembre.
Absolument passionnant, mais mon planning toujours plein ne me permet pas de me dégager du temps pour lire tranquille. Et pourtant je passe mes journées à lire et écrire, le grand paradoxe.Je vais donc vous parler du livres les lois naturelles de l'enfant de Céline Alvarez.
Même si j'ai été un peu longue, je l'ai trouvé très facile à lire et mon mari à qui j'ai lu de nombreux passages a beaucoup aimé la plume de Céline. Si mônsieur valide, c'est que ça vaut vraiment la peine de mettre 22€

Dès le début de son livre Céline Alvarez plante le décor avec une critique bien cinglante, mais juste, du système scolaire (pas des profs, je précise, mais bien du système en lui-même). Et une vision péjorative du cercle familiale dont sont issus ses petits élèves, qu'elle rend responsable de nombreux troubles et retards  des enfants.




J'avoue qu'à ce moment j'ai un peu douté de la bienveillance de la grande Céline Alvarez. Surtout qu'au fil des pages je ressentais cette horrible pression qu'il est de plus en plus à la mode de mettre sur le dos des parents, et qui dit que vous devez sombrer dans un quotidien ultra pédagogique, dès le début de la grossesse, car l'enfant doit être stimuler intellectuellement sous peine d'en faire un "neuneu" pour la vie.
A la fin du chapitre 2 de la première partie, je n'avais plus qu'à lui confier mes enfants tellement les objectifs étaient haut et de l'ordre de l'irréalisables pour nous simples parents normaux.


Ensuite, elle décrit le fonctionnement de sa classe, les différents ateliers et le matériel didactique utilisé.
Il y avait donc peut être moyen de rattraper le coup  avec mes mômes grâce à son partage d'expérience et à tous ses précieux conseils, puisqu'elle répète sans cesse qu'elle a réussi à relever le niveau de ses petits élèves. C'est bon les enfants maman a bouclé sa commande de matos montessori !! Sauf qu'à la page 264, tu lis :
" En résumé, récréer une classe à la maison avec ce matériel pour un ou deux enfants ne me semble pas réellement pertinent"
On y revient encore une fois. En IEF est ce que ça vaut vraiment la peine de se ruiner en matériel didactique ? Est ce que ça vaut le coup de se former à des pédagogies utilisées en milieu scolaire ?
Céline Alvarez est prudente sur ce sujet, du bout des lèvres elle soumet  l'idée suivante: puisque nous parents IEF avons la chance de jouir d'une certaine liberté autant en profiter pour multiplier les expériences riches, complexes, intuitives et non didactiques dans le monde.
Mais c'est ce que nous faisons déjà il me semble ??!!


Dans la troisième partie, elle donne quelques pistes pour soutenir le développement des compétences-socles de l'intelligence des enfants. Partie que j'ai trouvé très intéressante et qui m'a encouragée à remettre en questions quelques unes de mes habitudes autant dans notre quotidien qu'au sein de l'instruction.
Donner plus d'importance à l'ordre, prendre le temps pour les tâches ménagères et moins en perdre dans des exercices répétitifs qui n'apportent aucun bénéfice à l'enfant.
" La chercheuse Marty Rossmann a étudié le style de vie de 84 enfants de 3 ans, puis les a suivis de l'âge de 10 ans, 16 ans et 25 ans. les résultats sont étonnants: ceux qui avaient participé aux tâches ménagères des 3 ans avaient une maîtrise d'eux-même, un sens des responsabilités et une autonomie plus développés à l'âge adulte" " également de meilleurs relations avec leur famille et leurs amis, de meilleures performances académiques, et étaient plus indépendants financièrement"
C'est officiel débarrasser la table ne sera plus anodin !!


A la fin de cette partie Céline Alvarez rappelle l'importance de prendre du temps pour soi.
Etre éducateur n'est pas chose facile et demande beaucoup d'énergie. Il est donc fondamental pour les personnes qui ont la charge de l'instruction d'enfants de prendre soin de leur santé et de leur santé psychique.
" Nous sommes les éléments les plus importants de l'environnement de l'enfant" " C'est le meilleur service que nous puissions rendre à nos enfants: reposons-nous, mangeons sainement, faisons du sport et ayons une vie sociale épanouie"

La dernière partie du livre a fini de me réconcilier avec Céline Alvarez puisqu'elle y traite de l'amour avec un grand A. En rappelant bien qu'aimer son enfant ce n'est pas non plus tout subir. Mais lui apporter un cadre bienveillant, nourrir son esprit et l'accompagner lorsqu'il en a le souhait. Les enfants choyés dans leur enfance ne seront pas des faibles comme on aime tant nous le faire croire, mais ils rayonneront  d'empathie contagieuse. J'aime cette idée que la bonté est une force et non une faiblesse. 


Pour ma part j'ai trouvé ce livre très intéressant, en tant que famille IEF je n'ai finalement pas grand chose à révolutionner puisque le matériel didactique n'est utilisé que pour pallier à un manque de liberté permanente et pour occuper des enfants durant des heures dans un lieu clos.
Un enfant en liberté n'aura plus forcément besoin de tout cela.
Ce qui aurait été bien à mon avis, c'est que les journalistes ne retiennent pas seulement les résultats scolaires, ainsi que les premières pages du livres, mais aussi l'importance du bien être des enfants, l'impact sur leur assurance dans la vie et l'empathie qui pouvait se dégager d'eux.

Plus d'infos sur le site de Céline Alvarez ICI

 Les autres blogs qui vous parlent de ce livre:

s'éveiller et s'épanouir de manière raisonnée
petits homeschoolers
et bébé grandit en homeschooling 
un amour au naturel
si je vous ai oublié n'hésitez pas à me le mettre en commentaire



Aucun commentaire:

Publier un commentaire