lundi 17 avril 2017

On achève bien nos écoliers de Peter Gumbel


Nombreux sont les livres qui dénoncent les imperfections du système scolaire français, mais j'avoue que "On achève bien nos écoliers" de Peter Gumbel m'a particulièrement plu car tout de même il reste assez positif sur le sujet et plein d'espoir. Sincèrement cela fait du bien de ne pas tout voir en noir.
J'ai trouvé cette petite perle à la bibliothèque et au dos de vous pouvez y lire le résumé suivant:
"71% des élèves sont régulièrement "sujets à de l'irritabilité"
63% souffrent de nervosité.
Un sur quatre a mal au ventre ou à la tête une fois par semaine.
40% se plaignent d'insomnies fréquentes.
Pourquoi la France est-elle le seul pays au monde à décourager ses enfants au nom de ce qu'ils ne sont pas plutôt qu'à les encourager en vertu de ce qu'ils sont ?"




Comme vous l'avez bien compris ce livre est centré sur le bien être des écoliers. 
Peter Gumbel est un journaliste qui s'intéresse beaucoup à la pédagogie en générale. Il a eu la possibilité de rencontrer de nombreux acteurs dans ce domaine aux quatre coins du monde et ainsi de ce faire une idée assez globale de ce qui cloche en France.

Dès le début de son livre, Peter Gumbel dénonce une chose qui a bercé notre enfance et que nous avons subie toute notre scolarité. Inconsciemment nombreux d'entre nous continuent dans cette lancée du fait qu'en France il est plus facile de mettre ou d'avoir un 0 qu'un 20. C'est peut être là dedans que réside une bonne partie de notre médiocrité pédagogique. 
L'ensemble du livre repose sur le fait qu'en France, les élèves subissent un effet Pygmalion à l'envers. L'effet Pygmalion qu'est ce que c'est ? Dans les années 60, deux chercheurs se rendent dans une petite école et vont tester l'ensemble des élèves. Ensuite, ils indiqueront aux professeurs les élèves à fort potentiel intellectuel soit 20% de l'effectif total. Les deux chercheurs reviennent huit mois plus tard, pour constater l'évolutions des élèves. Les 20% d'élèves présentés comme à "fort potentiel" obtiennent des résultats spectaculaires lors du deuxième test d'intelligence. C'est normal vous me direz, il s'agissait d'élèves avec un "fort potentiel". Et bien pas du tout,ces élèves étaient on ne peu plus normaux.  Il s'agissait d'une ruse afin de déterminer l'impact d'une attitude positive et confiante envers un élève. C'est ce que l'on appellera l'effet Pygmalion. Si quelqu'un croit en vous, vous pourrez déplacer des montagnes. 
Ensuite,  il décrypte le fameux classement PISSA  et les points sur lesquels la France est si mal classée. L'écrivain y dénonce le fait que les élèves français manquent cruellement de confiance en eux à tel point que lorsqu'on leur demande d'évaluer leur niveau de lecture ils se classeront au même stade qu'un pays en voix de développement où illettrisme fait rage.

La suite du livre présente une série d'exemples, de projets mis en place par des professeurs, des directeurs d'école afin d'essayer de faire évoluer les choses. Souvent ceux-ci se heurtent au mur du "manque de budget", parfois même les professeurs eux-mêmes refusent de faire évoluer leurs méthodes bien trop convaincus par le modèle actuel. 
Bref c'est comme tout, changer l'école prendra du temps, mais ce que vous parents vous pouvez faire chaque jour c'est de croire en vos enfants et d'encourager toutes les personnes qui tentent l'impossible: bouleverser notre bon vieux mamouth EN.  





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire