mercredi 24 mai 2017

Ecole à la maison :La dictée à ma sauce




La dictée n'est pas forcément l'exercice favori des petits n'enfants il faut bien l'avouer. 

Plus jeune  j'ai  aussi subi cet humiliant exercice, oui je dis humiliant car à chaque fois mes notes étaient plus proches du zéro que du 20. 
Est ce que cela m'a aidé à m'améliorer ? Non pas du tout. La dictée a plutôt développé un grand stress, chez moi, face à l'orthographe plus qu'autre chose.
Pourtant, c'est un fabuleux exercice qui devrait être plaisant car quelle fierté pour un enfant de présenter à l'univers ce mot qu'il a réussi à orthographier sans fautes par lui même ! Que l'on se sent formidable lorsqu'une personne nous interroge sur l'orthographe d'un mot et qu'on peut lui répondre, expliquer voir énoncer la règle mnémotechnique qui nous sert  au quotidien. Il était hors de question que mes enfants soient privés de cela à cause d'une vieille tradition éducative qui veut qu'un enfant réalise un exercice avec un barème de notes discriminant où l'échec est bien trop privilégié. Avez-vous comptez le nombre de fois qu'il était possible de se tromper dans une dictée ? se donner 10 chances ou 20 c'est forcément mettre tout en oeuvre pour pénaliser l'enfant et lui laisser un fort sentiment d'échec. 


Attention, "la dictée à ma sauce" n'est pas la recette miracle pour que vos enfants deviennent des dieux de l'orthographe, que nous soyons clairs. C'est un peu comme pour tout, nous ne sommes pas égaux face à l'orthographe. Par contre, beaucoup d'enfant voient leur niveau lamentablement chuter à cause du stress de la dictée. Ma méthode a pour but de donner du sens à cet exercice et non de créer une situation anxiogène. "La dictée à ma sauce" n'a pas été pompée quelque part, mais est le fruit de mon expérience et de mon désir intense de donner confiance en eux-mêmes à mes enfants.

Donc comment se déroule "une dictée à ma sauce" chez nous ? Selon les compétences de chacun elles différeront, mais tout de même se rejoindront sur de nombreux points.
Tout d'abord exit le concept de noter une dictée sur 20 ou même sur 10 ou bien de mettre un TB ou je ne sais quelle appréciation. La dictée est un exercice qui permet d'évaluer par soi même sa capacité à écrire un texte que l'on n'aura pas créer. Pour un enfant, créer un texte demande de mettre en place de nombreuses  stratégies: synthétiser ses idées, créer des phrases claires et construites etc ... C'est donc compliqué d'y ajouter le travail de l'orthographe et de la grammaire d'où l'intérêt de se pencher sur la dictée qui ne demande que ces compétences particulières.
Le texte est choisi par maman et l'enfant concerné. il est important que celui-ci se sente capable d'écrire le texte,  lui plaise et surtout qu'il en ai parfaitement compris le sens pour tout ce qui sera grammaire, accords etc .... Je trouve mes dictées dans les cours kerlann, les manuels de lectures ou bien dans les textes des œuvres littéraires que nous étudions (notre bibliothèque)

Lors d'une dictée, le reste de la fratrie doit faire le plus grand silence et surtout ne pas m'interrompre c'est un exercice difficile qui demande un long temps de concentration.
Donc je lis une première fois le texte, puis c'est parti la dictée commence. Selon le choix personnel de l'enfant celui-ci utilisera le crayon de papier ou bien le stylo plume, tout dépend de son assurance. Pour les plus jeunes "lecteurs" j'insiste sur les syllabes de chaque mots car ils sont encore dans la transition déchiffrage/lecture et ont mémorisé  peu d'orthographe complet de mot.  Je donne  la ponctuation, mais à partir de la sixième si l'enfant est assez à l'aise n'hésitez pas à la marquer seulement avec l’intonation.

La dictée finie, je relis bien sûr une  ou bien plusieurs fois selon les besoins de l'enfant. Viens alors le moment où l'enfant doit se relire seul et débusquer les fautes restantes seul ou avec l'aide d'outils tel que le dictionnaire, bescherelle, bled etc ...
Mon concept est le suivant, le but d'une dictée est d'apprendre à écrire par soi-même sans faute. A l'aide de ses outils ils apprendront à se corriger en autonomie plutôt que de voir la correction comme une sentence qui les éloigne un peu plus à chaque faute de cette perfection que les pousse à atteindre le désir intense du 20.  Certains diront que c'est de la triche, moi qui le pratique quasi quotidiennement je vous assure que pour un enfant c'est loin d'être facile.
Une fois qu'ils ont tout relu, corrigé ce qui leur semble faux commence le deuxième round.

Pour mon grand très à l'aise en français, je ne fais que corriger les 2, 3 fautes qui restent si besoin et c'est fini pour lui. Le cas des filles est plus complexe, Pupuce est en CE1 et a 7ans, Nounoute 10ans dyslexique peine à mémoriser l'orthographe des mots et à se relire efficacement. 
 Il va falloir décortiquer le texte minutieusement: 


  • Première étape:


Je reprends phrase par phrase et je demande à chaque fois de m'expliquer "qui fait quoi" dans la phrase ainsi elles trouvent le sujet et le(s) verbe(s) qu'elles marquent en les soulignant avec des couleurs: vérification des conjugaisons et des accords

  •  Deuxième étape:


Entourer toutes les marques de pluriels: les, des, de, ses, mes etc... et on vérifie bien que le "s" est bien mis au nom auquel elles se rapportent.

  • troisième étape:


Les verbes en "er" à l'infinitif .... "é" ou "er" pour les verbes du premier groupe l'erreur est très facile. Alors surtout on vérifie en remplaçant par un verbe du 2ème groupe ou bien du 3ème comme finir ou mordre.

  • quatrième étape:


Les adjectifs qualificatifs ... Ouh la la souvent ils sont le fruits de nombreux accords oubliés. On les retrouve et on les souligne aussi afin de vérifier les accords.

  • cinquième étape (optionnelle):

Les majuscules au débuts des phrases sont elles bien mises ? (pour les plus jeunes cela arrivent parfois)
Si il reste de nombreux adjectifs mal accordés: "souligne moi tous les noms qui sont dans ton textes et pour chacun regarde si il y a un mot qui te donne des informations sur "comment est le nom": petit, grand, joli, précieux, bas, généreux, précoce etc ...

  • Dernière round l'analyse grammaticale:

Version Montessori ou bien plus traditionnelle peu importe c'est un outil de plus pour se corriger par soi-même.




Normalement, après tout cela il ne doit rester QUE des mots mal orthographiés dus au simple fait que l'enfant ne les connaissait pas. Je fais une petite croix à côté en précisant qu'il devra le chercher dans le dictionnaire.
Cette "dictée à ma sauce" s'est mise en place sur plusieurs années avec les enfants. personnellement, je la trouve très positive et cela permet souvent l'interaction entre les enfants qui s'entraident ou tout simplement apprennent de l'erreur de l'autre. C'est sûr qu'elle prend du temps, plus que la méthode traditionnel, mais sincèrement je trouve les retombés très positives.

Si vous avez des suggestions, car vous aussi vous avez mis en place des stratégies bienveillantes pour réaliser ce difficile exercice qu'est la dictée, partagez les moi en commentaire sous cet article je suis preneuse ;)








3 commentaires:

  1. Ton article rejoint mon expérience (même si je ne propose pas une relecture dans le même ordre que toi :) ). Si tu veux j'avais écrit deux articles sur le sujet dont celui-ci qui se rapproche de ce que tu écris :) : http://apprendreavecbonheur.blogspot.fr/2015/12/comment-ameliorer-lorthographe.html
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  2. Alors nous aussi nous faisons des dictées "à ma sauce" pour aider Pauline qui a énormément de mal avec l'orthographe alors qu'elle maîtrise toutes les règles. Ma "sauce" ressemble énormément à la tienne pour les relectures ;-)
    1er round: les verbes: trouver le sujet, le temps, le mode, justifier la terminaison.
    2ème round: les pluriels: débusquer les déterminants annonçant du pluriel et vérifier la chaîne d'accord (en cherchant tout de suite s'il y a un adjectif)
    2ème round bis: les féminins: chercher les noms au féminins, se poser la questions du féminin avec ou sans -e pour le nom, vérifier la chaîne d'accord en cherchant s'il y a des adjectifs. Je dis 2 bis, parce qu'avec le temps Pauline cherche les pluriels et les féminins en même temps.
    3ème round: les finales en -er ou -é et, si on a un -é, recherche de l'accord à faire.
    4ème round: recherche des principaux homophones grammaticaux: a/à, et/est, on/ont, son/sont
    5ème round: relecture pour l'orthographe d'usage en essayant de penser à toutes les règles qu'on connait (mots en -eur, en -oir, commençant par a ou o suivi d'une consonne...) et de voir s'il n'y a pas des consonnes muettes.

    Pour nous, les majuscules sont corrigées lors de ma relecture. Pauline les oublie très régulièrement et lors de ma relecture, elle sait qu'elle doit vérifier la ponctuation,les majuscules et les éventuels oublis de mots.

    Je retiens ton idée de lui donner le dictionnaire pour corriger elle-même l'orthographe d'usage.

    Sinon, je te rejoins à 100% sur le côté complètement stressant et inique de la notation de la dictée. En tant que prof de français en collège, je n'utilisais que très rarement ce système de notation (un peu quand même dans les plus grandes classes pour que les enfants puissent voir où ils en étaient pour le brevet). J'avais un système dégressif de note: plus il y avait d'erreurs, moins elles comptaient. Ainsi un élève qui avait fait 15 erreurs ou 30 erreurs n'avaient pas la même note.Et même si la note restait basse, l'élève qui passait de 30 à 15 erreurs voyait sa note augmenter ce qui l'encourageait à persévérer. Parce que, mine de rien, passer de 30 à 15 erreurs, c'est une très belle progression, mais en barème classique, ça fait toujours 0/20...

    RépondreSupprimer
  3. Coucou
    Article très intéressant, merci.
    Bonne soirée ^_^

    RépondreSupprimer