dimanche 30 juillet 2017

L'école à la maison s'achèvera pour nous cet été.....




Maintenant que mes compagnons doutes, culpabilité et  angoisses m'ont lâchée je peux vous parler de ce qui va changer à partir de septembre chez nous. 
L'école à la maison s'achèvera pour nous cet été, ce sera donc une année scolaire classique que nous démarrerons à la rentrée et nous n'aurons pas la joie de fêter comme bon nombre d'entre vous notre "Non-rentrée scolaire"
Comme des milliers d'écoliers, mes petits poissons reprendront le chemin du bocal, avec beaucoup de joie pour certains et surtout de l'appréhension pour tous y compris pour maman.
Je me doute que vous devez vous demander: "Mais que s'est-il passé ? Pourquoi arrêter l'IEF ? "


Ceux qui suivent le blog depuis plusieurs années et qui sont pour certaines devenues des amies proches savent que mon mari travaille trèèèès loin, pas à l'autre bout du monde, mais à l'autre bout du pays et ça fait déjà pas mal de route. De plus il a un métier extrêmement prenant; sauver la veuve et l'orphelin ça demande du temps, trop de temps malheureusement. Vous comprenez donc que le bien être de cette famille repose principalement sur moi. Je suis celle qui gère tout: mômes, finance, bobos, ménage, bricolage, vacances, liens avec la famille éloignée géographiquement, emmerdes (et oui aussi) et l'école bien sûr puisque nous la faisions à la maison. Vous l'avez compris: une charge mentale gargantuesque qui petit à petit m'a rongée, sans parler de cette peine immense d'être si loin de ma moitié. Je vais vous dire, j'ai une moitié très pénible. Il laisse traîner son bordel constamment. Est une vraie tête de linotte. Je suis sans arrêt obligée de le reconnecter à la vie de famille car ses absences prolongées et répétées lui en font perdre le fil trop facilement. Il ne fait jamais le lit. Bref .... un mec dans toute sa splendeur. Lorsqu'il part je m'empresse de bien tout remettre comme JE veux, NA !! Mais au bout de 24h sa paire de chaussettes oubliée au pied du lit me manque et mon lit toujours bien fait semble très froid.
Finalement , la vie sans lui est trop morne.
Cette année cela fera 5 ans que nous vivons ainsi et il me tarde que nous ayons une nouvelle mutation.


"Chaque "Maaaamaaaan" étaient devenus une agression"


Donc voilà, j'ai tout simplement craquée ... l'IEF c'était trop pour moi. Un peu comme une goutte d'eau qui fait déborder un vase bien rempli.
J'avais senti le truc venir dès l'année dernière d'où ma tentative de mettre Benji a l'école maternelle sachant que Maxou allait attaquer ce gros morceau qu'était le collège. Ce fut un échec cuisant et septembre 2016 démarra à 4, bien que je ne m'en sente pas capable.
L'année a été dure, très dure moralement ..... elles se comptent sur les doigts de la main celles à qui j'ai osé en parler. Je me sentais pieds et mains liés. Un besoin énorme de temps à moi et les enfants qui refusaient en bloc le retour à l'école , à cette idée, pour certains ils en étaient même terrifiés.
Et pourtant qu'elle chouette année on a fait:
- la visite de l'espagne
- le festival de la BD
- les lectures offertes plus passionnantes les unes que les autres
- avec les temps mes méthodes étaient bien plus rodées
- nos beaux dessins
- toutes nos balades au plus près de la nature
- les après-midi à la bibliothèque
- toutes les sorties et rencontre non-sco
- l'arrivée de nos poules chouquettes et galina
- etc ...

Mais pour moi, plus rien n'avait de saveur, chaque journée commençait par des sanglots et du désespoir. Un ras le bol de tout, une envie d'île déserte où plus personne ne pourrait me trouver. Chaque "Maaaamaaaan" était devenu une agression, chaque complication un drame que je peinais à surmonter. Partagée entre ce sentiment d'être " à fleur de peau" et la volonté de garder le contrôle, je me suis petit à petit refermée sur moi même. J'ai arrêté d'écrire, de me rendre aux rencontres non-sco et puis j'ai commencé à chercher du travail au sein d'une entreprise abandonnant tous mes projets de freelance. Il me fallait à tout pris de l'air.

On m'en a donné des conseils:
- fais du sport
- accorde toi une après-midi
- explique leurs que maman a besoin de temps à elle
- mange du chocolat
- fais toi un bon restau
- demande à la famille de garder les enfants le temps d'un week-end et pars avec ton homme
- etc ...
Sauf que moi, j'avais besoin de temps à moi, mais une après-midi ou deux heures le jeudi soir pour faire du sport ça ne me suffisaient pas ... je voulais des journées entières sur des mois entiers.
Je voulais être en compagnie d'adultes qui parlent d'autres choses que de pédagogie, d'EN et de mômes. Je voulais être quelqu'un d'autre que la maman de ....  ou la femme de ....


"Il connaissait ma détresse, alors il m'a dit fonce."


Alors, lorsque l'homme a pris 3 semaines de congés pour réviser un examen je lui ai dit: " et bien moi je vais travailler .... tu t'occuperas des mômes ?" Il connaissait ma détresse, alors il m'a dit fonce. Papa a très bien pris la relève au point de vu de l'école à la maison et tout le monde était très content. Moi je respirais et les enfants étaient bien avec papa. Sauf qu'au bout des 3 semaines, je n'avais pas du tout envie de rentrer dans ma prison alors il a fallu trouver des solutions. On a fait un peu de semaine en semaine: beaucoup de bidouilles de garde, un coup chez l'un et puis un coup chez l'autre. Finalement, Benji est rentré à l'école pour plus de stabilité avec la complicité de la voisine qui a été très disponible et qui lui a permis d'intégrer sereinement l'univers très particulier de la collectivité. Et vous savez quoi ? Et bien l'école maternelle, ça lui a beaucoup plu à mon petit Benji. Lui qui était si isolé. Rejeté par certains enfants IEF, il n'avait jamais personne pour jouer avec lui à part les plus grands, mais ça ne lui suffisait pas. Un jour il est rentré de l'école avec la banane jusqu'aux oreilles en me disant que c'était trop bien aujourd'hui à l'école car il avait joué aux pirates avec les copains. En un mois, il a fait de fabuleux progrès de langage et il a pu avoir la vie sociale qui lui manquait tant. Alors bien sûr il y a eu des jours sans aussi, mais rien de terrible. Le 7 juillet Benji était très déçu que ce soit les vacances ... il aurait bien continué l'école lui.
Au sein d'une fratrie, le mimétisme est très contagieux. Maxou très heureux d'intégrer son collège, Benji ravi à la maternelle ... les filles ont commencé à les envier.

J'ai pris la première semaine de juillet en congés afin de m'occuper des filles et de leur future rentrée. On a eu la visite de l'inspecteur (je vous raconterai cela une autre fois) et le reste de la semaine a été consacrée à les inscrire dans leurs écoles respectives:  le primaire pour Pupuce et le collège pour Marie. J'aurais bien aimé qu'elles intègrent une structure alternative qui préserve un peu le travail que j'avais fait auprès d'elles, mais malheureusement celle-ci est vraiment trop loin de notre domicile et le coût financier aurait été énorme. J'ai donc opté pour l'école du village à proximité de la maison. Marie aura une certaine autonomie grâce au bus scolaire qui en 10 min, 1/4 d'heure la dépose à la maison. Quant à Pupuce et Benji ils auront une nounou anglophone aaaaaadorable qui viendra les récupérer à la fin de l'école et les gardera à la maison jusqu'à mon retour.

"c'était devenu vital"

A présent, ils sont tous motivés à retourner à l'école, pour diverses raisons. Je sais que ce ne sera pas parfait. A mon avis, me connaissant bon nombre de choses vont particulièrement m'agacer. Mais, voilà, il faut se faire une raison. J'étais en très grande souffrance et mes idées étaient trop noires. Certains de mes enfants n'étaient plus très heureux à la maison, je pense particulièrement aux garçons qui souffraient d'une grande solitude n'ayant jamais trouvé de vrais amis au sein des enfants non-sco.
 Je conserverai mon statut d'intérimaire afin de préserver une forme d'indépendance pour si besoin arrêter mon emploi et reprendre l'école à la maison pour les enfants qui en ressentiront le besoin.
On ne sait pas vraiment de quoi demain est fait et si aujourd'hui pour nous l'école à la maison s'achève demain cela pourra reprendre. Actuellement, j'ai vraiment besoin de temps à moi, c'est très égoïste et culpabilisant pour mon coeur de mère, mais c'était devenu vital.






52 commentaires:

  1. Ce n'est pas un choix égoïste... Etre une bonne mère, c'est aussi savoir penser à soi... Bonne route Myriam et au plaisir de te relire ici ou ailleurs.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Je te suis depuis un moment, ce qui est bien dans tous cela c est que chacun soit heureux... Et si tu l es, les enfants le seront. Le plus grand bonheur pour les enfants c est d avoir des parents heureux... Je vous souhaite beaucoup de bonheur dans votre nouvelle vie... ��

    RépondreSupprimer
  3. Tellement beau de se livrer ainsi! Bravo à vous pour le chemin parcouru !!! Vous devez être fière! bonne chance les poissons!

    RépondreSupprimer
  4. Je te suis depuis longtemps mais nous savons tous que l'IEF n'est pas un choix définitif. Alors si tes enfants sont heureux à l'école et que tous cela se passe bien et que toi tu peux reprendre un autre chemin qui t'épanouis c'est le plus important, le bonheur en famille, le bonheur pour soi. ;-) Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'espère et c'est vrai qu' en IEF comme en scolarisation rien n'est définitif.

      Supprimer
  5. Je comprend et je respecte ton choix! C'est pas toutes les mamans capable de faire ce choix en étant en IEF. Je vous souhaite une future bonne année scolaire 2017-2018.

    RépondreSupprimer
  6. Bravo Myriam pour ce coeur ouvert <3
    La vie est pas essence impermanence et c'est important de suivre nos courants profonds..
    Ca ne sert à rien de forcer une idéologie si c'est pour souffrir intérieurement...
    Je vous souhaite à tous une magnifique année et tout le meilleur sur votre nouveau chemin !!
    Si tu passes dans le coin, vous êtes les bienvenus.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir Marie-Agnès <3 et merci pour tout

      Supprimer
  7. L'égoïsme, c'est important parfois ! Mais là l'égoïsme ça aurait été de continuer l'IEF à tout pris alors que ça ne vous rendez plus heureux ! Bravo d'avoir franchi le pas de la sco/resco, les changements comme ça, c'est toujours difficile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est toujours difficile tout à fait.
      Merci pour vos encouragements

      Supprimer
  8. On m'a toujours dit que si les parents allaient bien, les enfants iraient bien aussi. J'imagine que ce n'est pas toujours vrai mais l'essentiel est qu'en tant que parents nous devons prendre soin de nous, de notre bien être physique, intellectuel et moral. Être femme, c'est jongler entre sa vie de femme, de mère et d'épouse. C'est difficile de trouver un équilibre entre les trois qui nous rend heureuse, nous épanouit. Alors, si on ajoute le rôle d'enseignant, ça devient carrément compliqué. Pas impossible mais compliqué. J'ai trois enfants, 10,7 et 1 an. Je fais l'école à la maison aux deux grands, la troisième va tous les jours à la crèche, le matin ou l'après-midi. Même si j'aimerais la garder tout le temps, j'en suis incapable et je vois qu'elle est heureuse dans cette micro-crèche(ils font plein d'activités et sont en partenariat avec une école montessori). Je suis incapable d'assurer l'enseignement à mes deux enfants en même temps et j'ai besoin d'au moins deux heures dans la journée pour me ressourcer ou travailler. En pratique, pour que je me sente vraiment bien et patiente avec mes enfants, il me faudrait bien plus que deux heures. Le grand qui entre en sixième se gère quasiment tout seul et le deuxième travaille avec moi quand je me sens dispo et patiente. Ça fonctionne pour eux mais cela reste très bancal pour moi. A moins qu'ils ne deviennent totalement autonomes dans les années à venir, ils retourneront sûrement à l'école malgré leurs appréhensions. On fait ce qu'on peut et c'est déjà très bien. Il y a certains appels à se réaliser professionnellement qui ne sont pas compatibles avec l'instruction en famille.... De mon côté, j'essaie de patienter mais cette année sera sûrement décisive pour la suite de notre vie de famille.
    Bon renouveau à vous et bon courage. Svellda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça.
      Merci beaucoup pour vos encouragements

      Supprimer
  9. je comprends totalement votre besoin car je ressens la même chose.
    pour le moment j'y arrive avec 1 seul enfant et 3 jours de garde par semaine, si ça ne va plus, si je ne suis plus heureuse, ou mon enfant, et bien nous irons également à l'école ;)

    RépondreSupprimer
  10. Alors j'écris que très rarement de commentaires mais je tenais à te dire que ton blog m'a été très utile l'an dernier pour ma première année d'ief avec mes enfants.Cela m'a donné confiance pour commencer l'aventure tu es une maman formidable et je t'admire beaucoup merci pour tous ces partages et j’espère que tu nous donneras encore de tes nouvelles parce que je pense que tout comme toi un jour j'aurai tout donné et que chacun devra voler de ses propres ailes ..j'ai la certitude que ces quelques années en famille feront toute la différence pour les années à venir..
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Virginie. Ce que tu me dis me touche beaucoup.
      Je suis tout à fait d'acccord avec toi. On se sent très fort, riche de cette belle confiance que nous a prodigué l'école à la maison, pour affronter cette nouvelle année qui se prépare.

      Supprimer
  11. Tu fais bien de dire stop avant le burn out. Bientot la rentrée pour tes enfants et toi tu as retrouvé une vie sociale , un mari...

    RépondreSupprimer
  12. Coucou, je te suis depuis un moment! Je te comprends à 200% merci pour ce billet plein d'humilité et de vérité. Je vous souhaite à toute votre famille une belle route pour la rentrée 2017.

    RépondreSupprimer
  13. Je ne suis pas beaucoup intervenue mais s'il y a une chose que j'ai apprise en vieillissant, c'est que si nous ne sommes pas bien, cela transpire sur la vie de famille et donc sur tout le monde. Excellente reprise !

    RépondreSupprimer
  14. Comme je comprends tout cela!
    Quel courage de réussir à extérioriser tout cela!
    Je te suis depuis le début de notre IEF, et ton expérience m'a beaucoup aidé au quotidien, et par ce message, elle va m'aider pour la suite!
    Un grand merci pour avoir dit tout haut, ce que beaucoup garde tout bas...!
    Bonne route à tous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Maman griotte et bon courage à toi pour la suite je sais que toi aussi tu as du monde à instruire à la maison.

      Supprimer
  15. C'est un choix très courageux que vous avez fait là! Bravo et bonne route pour la suite de vos aventures... rien est figé et tout reste à écrire pour vous et votre famille!

    RépondreSupprimer
  16. Ah mais oui, c'est difficile d'abandonner cette aventure de l'ief...c'est notre cas aussi pour cette rentrée en 3 eme ou le brevet en candidat libre me semble une épreuve trop stressante à aborder, et je sais que je n'aurai pas la patience et surtout trop d'angoisses pour etre une bonne éducatrice face à cela. Plutôt que de pourrir la si jolie relation et les magnifiques souvenirs de joie et de liberté et de découverte avec ma fille ces dernières 3 années...je la laisse partir, avec regret mais conscience de la 'nécessité... Myriam,la vie c'est le changement pas vrai?! Très bonnes eaux à toi et tes petits poissons! Continuons à faire ce que nous pensons juste, sans se mettre d'œillères, et ouverts à l'évolution. Ma compréhension de maman à toi en tout cas😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je te comprends.
      Merci et bonne rentrée à vous aussi

      Supprimer
  17. Merci pour ce témoignage à coeur ouvert... C était exactement ce que j avais besoin de lire en ce moment �� Ici, je n ai qu' une enfant qui a 3 ans, que j ai élevée jusqu' à présent en faisant mon métier en indépendante le matin tôt et le soir tard... J ai un mari comme le tien �� ce qui est extrêmement fatiguant ! Alors ce sera l école pour ma fille à la rentrée car j ai besoin de me ressourcer et de quitter ce statut précaire professionnel... alors comme je te comprends. Merci pour tes mots et bonne route à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Travailler en indépendant c'est très difficile.
      Bonne rentrée à toi aussi alors <3

      Supprimer
  18. Le meilleur choix est quand tout le monde se sent heureux. Bonne chance pour la suite et profite pour te decompresser.

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour, cela a toujours été un plaisir de te lire. Bravo pour tout ce courage et cette décision pleine d'altruisme. Bonne continuation, bel été et belle rentrée non non-sco 😉

    RépondreSupprimer
  20. Même si Maman Poisson et ses petits Poissons sont retournés dans le Bocal, j'espère qu'ils continueront à nous faire partager de nouvelles aventures.
    De belles pensées à tous.

    RépondreSupprimer
  21. J'ai été fille au pair et j'y ai appris une leçon hyper importante (affichée dans l'entrée de la maison !) : "when mama is happy, all the family is happy".
    Et du coup, je m'empresse de partager ton article à une amie qui pourrait fortement s'y retrouver.
    Profitez bien de votre été avant toutes ces nouveautés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Tiphanya et tu as 100% raison c'est vraiment ça.

      Supprimer
  22. Bonjour, j'arrête aussi avec l'IEF avec mon fils, que j'ai pratiqué pendant 5 ans. Il a raté son CEB (certificat d'études de base du primaire en Belgique) et je lui ai trouvé une super école secondaire où il pourra préparer et repasser son CEB dans de meilleures conditions. Je dois dire que devoir tout le temps être après lui pour qu'il travaille m'épuisait. Il va avoir 12 ans, et je suis très heureuse de ces années d'IEF et je suis aussi très heureuse d'avoir trouvé une école (privée) qui j'espère lui conviendra.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'espère aussi de tout coeur.
      Bon courage à vous pour cette nouvelle aventure qui commence.

      Supprimer
  23. Comme il me parle cet article...
    Après 7 années d'IEF, je suis épuisée, le stress m'a fait prendre du poids, je me sens prisonnière de ma propre vie...

    Votre décision est trés courageuse et je souhaite à toute la famille de bien profiter de cette nouvelle vie.

    Bonne rentrée à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est terrible ce sentiment.
      Je vous souhaite bon courage pour la suite et merci pour vos encouragements.
      Pleins de bonnes choses à vous pour la suite <3

      Supprimer
  24. Bonjour,
    Je suis émue par ton témoignage à coeur ouvert, et comme les autres je n'y vois aucune part d'égoïsme.Bien au contraire!Le retour à l'école nous y pensons aussi pour dans quelques années ,et cela m'angoisse aussi.Ton équilibre sera mieux préservé et tu en seras plus heureuse, donc toute ta famille aussi!
    Bonne fin d'été à toi !
    Martine42

    RépondreSupprimer
  25. Comme je te comprends !!! c'est beau de voir ta sagesse. Ne culpabilise pas tes enfants ont recus ce qu'il y a de meilleur . Moi je n'ai fait l'IEF que 6 mois pour mon collegien qui etait en rebelle attitude , c'etait ingérable et avec mon ti dernier en CM1 nous avons eu une année riche mais il a pleuré ses copains toute l'année . Alors je me suis résignée aussi . Tu as été un modèle pour moi et tu l'es encore ! En esperant un jour peut etre te connaitre. Bonne continuation. Nelie Hourcade

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage. Ils sont rares ces récits où l'IEF n'est pas la solution idéale à long terme.
      J'espère que leur retour à l'école s'est bien passé.

      Supprimer